QUIET MEN

NOUVEAUTÉ 2019
Sortie officielle le 29 mars

après leur succès au Studio de l’Ermitage en mai
Concert de présentation au TAC
Samedi 28 octobre 2019 à 20h30

RÉSERVER VOS PLACES

Denis COLIN, clarinettes basse et contralto
Pablo CUECO, zarb
Simon DRAPPIER, arpeggione
Julien OMÉ, guitare

ACHETEZ L’ALBUM ICI via PAYPAL


Le projet QUIET MEN
Denis et Pablo ont longtemps joué ensemble dans le cadre du trio de Denis, des projets de Pablo et de quelques autres… Cette aventure musicale a duré plus de dix‐huit ans.
Pendant ce temps Simon et Julien s’extirpaient de leurs brillantes études « conservatoiresques » au CNSMDP…
Vers la fin de la première décennie du troisième millénaire, après la dissolution du trio de Denis, Pablo et Simon se rencontrent dans l’orchestre de tango d’un autre Pablo, bandonéoniste argentin avec qui, d’ailleurs, Denis avait souvent joué dans les années 80. Parallèlement, Denis commençait une nouvelle aventure musicale, la Société des Arpenteurs, avec notamment Julien. Julien qui à ce moment‐là vivait à un demi‐pâté de maison de Pablo. Ils fréquentaient tous les deux avec une assiduité remarquable le bar situé à mi‐chemin de leurs domiciles. Il fut souvent question de jouer ensemble, mais sans concrétisation. Un jour ils découvrirent avec stupéfaction qu’ils avaient un Denis en commun…
Quelque temps plus tard eurent lieu d’heureuses retrouvailles musicales entre Denis et Pablo dans le cadre de l’enregistrement d’une musique de film. Il fut très sérieusement question de « tenter quelque chose »…
Le vent semblait bon pour ces quatre‐là : clarinette basse et zarb, guitare et clarinette basse, zarb et arpeggione avaient déjà largement démontré la richesse de leurs possibilités… Guitare et arpeggione étaient tellement cousins que leur alliage semblait une évidence… Une réunion fut donc proposée : une répétition suivie d’une « réunion informelle ». La répétition fut suffisamment fructueuse pour qu’il soit décidé de « remettre ça ». La réunion qui suivit se finit fort tard et fut encore plus informelle que prévue.
Elle eut lieu dans un bar du centre de Paris : The Quiet Man. Le genre musical qui surgirait de ce quartet y fut défini très précisément : Psychedelic Folk Jazz…

© Milomir Kovasevic

– Des instruments entretenant des rapports ambigus avec l’histoire de la musique : La clarinette basse, développée par Adolf Sax ; l’arpeggione, chimère guitare‐violoncelle ; la guitare, reine des instruments populaires ; le zarb, instrument « ancestral » qui prend son envol au milieu du 20ème
siècle…
– La double rencontre de deux générations quasiment du simple au double ; ceux qui ont bénéficié des meilleures formations imaginables et ceux qui ont dû les inventer…
– La passion du geste instrumental juste, de l’incarnation de la musique, de la mise en cause permanente de toutes les certitudes musicales. le désir de « forger » un son et un phrasé d’ensemble.
– La remise en jeu des idées et composition dans la pratique collective… la recherche des lisières, des passages secrets, des interstices, des bordures, des ambiguïtés, des doubles sens…
Autant de points communs qui ont réuni ces quatre musiciens autour d’un travail collégial.
En 2018, après de nombreuses répétitions et concerts et après être passé par un nombre d’appellations impressionnant, Quiet Men enregistre son premier album…


QUIET MEN
Un quartet surprenant qui fait chanter zarb et arpeggione.


 
Evoquant les fastes et parfums de la musique baroque et de la musique folk, intégrant les qualités de vivacité et d’improvisation du jazz, c’est l’un des quartets les plus passionnants qu’il ait été donné d’entendre depuis longtemps.
Les QUIET MEN réussissent avec cet album une magistrale démonstration : quels que soient l’instrumentation
et le répertoire, lorsque la sincérité et l’engagement sont là, animés par une rare originalité de conception,
la beauté et la poésie musicale sont inévitablement au rendez-vous.
Jean-Pierre Jackson
CLASSICA